Big data électoral. Dis-moi qui tu es, je te dirai pour qui voter

Les big data sont devenus un impératif pour mener une campagne électorale. La campagne pour l’élection présidentielle française de 2017 a été marquée par le rôle majeur joué par des plateformes de gestion et d’analyses des données massives, telles que NationBuilder ou 50+1.

Qu’est-ce que change le recours au big data électoral dans les manières de faire campagne ? Introduit-t-il des pratiques ” innovantes ” pour mobiliser les électeurs ? Voit-on apparaître de ” nouvelles ” formes de militantisme ? Comment sont construits les algorithmes prédictifs ? Sommes-nous réellement fichés sur Internet ? Comment protéger ses données personnelles ?

L’auteure interroge l’efficacité de ces techniques, en mettant au jour les enjeux économiques, la construction de croyances autour des big data et les jeux d’influence internationaux. L’intérêt porté à la récolte des données n’est pas neuf. Il s’agit de retracer l’intégration de certaines évolutions techniques que ce soit chez nos voisins américains ou dans les campagnes françaises de 2002 à 2017, en déconstruisant les fantasmes entourant l’usage des bases de données en politique. Mais il s’agit surtout d’armer le citoyen face à la montée en puissance d’une nouvelle ère de la donnée.

5 1 voter
Évaluer la ressource
0 Donner votre avis
Inline Feedbacks
View all comments

Communication de crise

Tu es en campagne, à deux semaines du premier tour quand soudain un candidat adverse fait surgir des entrailles des internets une photo de toi et de ta meilleure amie en CM2 lors du carnaval de l’école. Le problème ? Le thème étant les 5 continents, quelqu’un de l’école avait trouvé de bon ton de vous teindre le visage de maquillage foncé pour représenter le continent africain (un black-face quoi).

Si tu n’es pas familier du concept lis ceci : https://www.liberation.fr/checknews/2017/12/19/pourquoi-le-fait-de-se-grimer-en-noir-est-associe-a-la-pratique-raciste-du-blackface_1617742

Il tweet la photo avec comme texte :
“Une député raciste c’est ça que vous souhaitez ?”
Le tweet buzz instantanément et votre stagiaire com vous préviens mais 2h plus tard.

Désolé, nous n'avons pas son numéro !